Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 19:03



La coupe de France de 1954

 

La saison 1954 fut pour GILLATT V et son propriétaire/skipper Albert Cadot une véritable moisson de succès.

Les Régates Royales à Cannes démontrèrent dès le début de saison les remarquables qualités du nouveau 5.50 m J.I, puisque GILLIATT V se classa deuxième derrière SEVIGNE III.

Aux régates de printemps, toujours à Cannes, GILLIATT V, eut sa revanche… et quelle revanche !
Il remporta tous les prix de la semaine devant les concurrents aussi sérieux que CONTEST (Suisse) ou ANNA (Italie).

 

De début mai jusqu'à la mi juin, c’est au Havre que se prolongeait la saison avec chaque semaine, six bateau en lisse : MARQUITA (ex Gilliatt IV), DAMOISELLE III, ARCTURUS II (ex Damoiselle II), SNOWTEN II, SEVIGNE III et GILLIATT V.

Mais Albert Cadot gardait en tête son objectif initial, celui de ramener la Coupe de France dans nos eaux.
Le point culminant des régates du Havre fut donc les éliminatoires de la Coupe, que GILLIATT V remporta haut la main en gagnant toutes les épreuves à l'exception d'une seule des manches.

Albert Cadot avait gagné sont pari : il partait en Suède reconquérir le trophée national.

C’est en juillet à Marstrand que l’équipage Albert Cadot, Jacques Lebrun, François Riou remporta cette victoire qui marqua la saison 54 du yachting français.

Pour la première fois depuis l’abandon des 8m, la coupe fut remportée par un 5.50 m J.I français.

En Suède, GILLIATT V participa également aux épreuves de la Gold Cup ou il termina 8ème ainsi qu’aux régates locales, dont certaines montraient au départ plus de trente 5.50 m J.I.

 

La coupe d’Italie à Gênes en 1955

 

Pour sa  seconde année GILLIATT V fit  à nouveau parler de lui en remportant la coupe d’Italie à Gênes.

 

Les jeux Olympiques de Melbourne en 1956

 

Année Olympique, 1956 le fut aussi pour GILLIATT V.

Dès le mois de juin, la commission sportive de la FFYV organisait les sélections françaises. Une série de régates, sur le plan d’eau du Havre, se déroula sur quatre week end afin de bénéficier de temps différents.

 

Les règles de sélection furent les suivantes. Sous l’organisation de la société des régates du Havre, sept épreuves de 12 à 14 milles seront courues entre le 2 juin et le 1er juillet. Le classement sera fait aux points sur la base des six meilleures courses de chacun. Le décompte des points étant calculé selon le système logarithmique utilisé pour les jeux Olympiques. L’équipage doit être Français et amateur, la nationalité du constructeur et de l’architecte n’étant pas prise en compte.

 

En Australie, non loin de Melbourne, les préparatifs vont également bon train.

Les épreuves de yachting a voile se déroulent sur le plan d’eau de la baie presque fermée de Port Philippe, au pied de la capitale du Victoria. Déjà les premiers bruits courent sur les conditions météorologiques et hydrologiques du plan d’eau Olympique. En novembre et en décembre (date des épreuves), les vents du Sud prédominent, fraîchissant l’après midi jusqu'à 10/18 nœuds a 15 heures, mollissant dans la soirée ou ils tournent au S.E.
Par vent de Sud, la mer se creuse de 90cm tandis que le plan d’eau est clair de tout obstacle, ni courants, ni marée ce qui ôte tout avantage aux coureurs locaux.

 

La veille de l’ouverture, tous les commentateurs s’accordaient pour nommer favori de la série des 5.50 m J.I : GILLIATT V et son nouvel équipage, composé de MM. Albert Cadot, Jean-Jacques Herbulot (architecte naval) et Dominique Perroud.

 

Le 26 novembre 1956, a midi, fut donné le départ de la première régate. Les épreuves devant se dérouler jusqu’au 5 Décembre.

Alors que la série des Finns tentait de consacrer le champion Olympique en solitaire, les régates de 5.50 m J.I s’enchaînaient. Sept épreuves se courraient sur un plan d’eau ou la météorologie fut particulièrement capricieuse, alternant des temps extrêmement durs avec des journées de calme plat.

Quarante 5.50 m J.I de dix nations devaient s’affronter.

 

Les résultats finaux couronnèrent le suédois Thorn sur RUSH V qui domina la plupart des courses. GILLIATT V joua, quant a lui, de malheur : son skipper M. Cadot étant tombé sérieusement malade, et le bateau ayant été disqualifié a l’une des régates.

Cette disqualification lui coûta un déclassement de 4ème place vers une 6ème place sur 10 finalistes.

 

Les résultats :

1) Lars Thörn/ Hjalmar Karlsson, Sture Stork, Rush V, S-24, Arvid Laurin 1956, 5-1-1-3-2-1-

     2, 5527p.
2) Robert Stanley Gr. Perry / Neil Aylmer Kennedy-Cochran-Patrick, John Desmond Dillon,

     David Graham Bowker, Vision, K-17, Arthur C. Robb 1955, 3-2-7-1-4-5-3, 4050p.
3) Alexander Stuart (Jock) Sturrock / Deveraux R. Mytton, Douglas Raymond Buxton,

     Buraddoo, KA-5, Arvid Laurin, 4-4-2-4-1-3-4, 4022p.
4) Victor Frank Sheronas / Ferdinand Paul Schoettle Jr., Robert Stinson Jr., John Kent Bryant,

     Rush IV, US-3, Arvid Laurin 1952, 2-3-3-2-6-2-8, 3971p.
5) Peder Eugen Lunde, Odd Harsheim, Halfdan Ditlev-Simonsen Jr., Viking, N-16, , 1-7-6-5-

     3-8-1, 3807p.
6) Albert Cadot, Jean Jacques Herbulot, Dominique Perroud,   

    Gilliatt V, F-8, Eugene Cornu 1954, 10-6-d-8-7-4-5, 1779p.
7) Massimo Oberti, Antonio Carattino, Carlo Maria Spirito, Antonio Cosentino, Twins VIII, I-17,
8) Konstantin Aleksandrov, Konstantin Melgunov, Lev Alekseev, SR-?,
9) Leslie Noel Horsfield, Dennis Hegarty, Geoffrey Vivian Myburgh, KS-?,
10) Dr. Hans Johann Georg Lubinus, Adolf F. Stein, Ludwig Bielenberg, Tilly, G-4, 1955, 8-10-8-7-10-9-9, 1047p.


De GILLIATT V  1954  à ……    GILLIATT V  aujourd’hui ……


L’histoire de GILLIATT V se perd alors au gré de plusieurs changements de noms et de propriétaires dont on peut brièvement retracer l’histoire.

Le 23 septembre 1958, Monsieur Albert Cadot cède Gilliatt V à Monsieur Gabriel Hamm. Ce dernier le rebaptise « FUGUE II » le 24 février 1959 et l’immatricule au port du Havre sous le numéro 2735.

 

Le 10 septembre 1962, Monsieur Gabriel Hamm cède « FUGUE II » à Monsieur Pierre Lavalley. Ce dernier le rebaptise « PEER GYNT » et l’immatricule au quartier maritime de Cherbourg sous le numéro 2135, avec Granville comme port d’attache.

Un seul épisode de cette époque est parvenu jusqu'à nous : Monsieur Lavalley remporta une des courses-croisières Cowes Dinard.

C’est en 1965 que Messieurs Donald Poncet et Jean Louis Moineau acquiert le bateau. Il sera immatriculé au port de Granville sous le numéro 2465/0159 et rebaptisé « GREPON ».

A la fin des années 80 le 5.50 mji navigue du côté de La Rance. Suite à une rupture de mouillage le voilier se trouve drossé à la côte et s'évantre. Le bateau est renfloué puis stocké sur un terre plein. De passage dans la région, Alain Guidon repère GREPON et décide de prendre contact avec Mr Moineau pour proposer une rénovation du navire.

En 1991, Monsieur Alain Guidon en devient copropriétaire avec Monsieur Jean Louis Moineau, le bateau fait un passage dans la rivière du Faou (Landévennec) puis Brest devient son port d’attache.

 

En 1995, GREPON présente quelques signes de fatigue. Des travaux sont réalisés au chantier du Guip à Brest. Monsieur Moineau envisage pour des raisons personnelles la mise en vente du navire.

Le voilier est alors stocké sur le terre plein extérieur d’un chantier Brestois. Les visites se succèdent.
Mais au fur et à mesure du temps qui passe, des intempéries et du manque de protections le bateau perd de sa splendeur.

Des moins puis des années passent…

C’est en novembre 2002 que je remarque cette belle silhouette sur le port du Moulin Blanc à Brest. Bien des personnes s’étaient renseignées et avaient été attirée par ce joli plan Cornu mais l’ampleur des travaux à envisager les avait certainement freiné.

 

Après quelques jours de réflexion et de doute… je franchis le pas et décide d’en devenir le sixième propriétaire.

Je le rebaptise comme à son origine, il y a plus de 50 ans, « GILLIATT V ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : GILLIATT V - 5.50 Mji - Plan Cornu de 1954
  • GILLIATT V - 5.50 Mji - Plan Cornu de 1954
  • : Histoire d'un 5.50 Mji, voilier classé au patrimoine maritime Naviguant en rade de Brest Propriétaire Thierry Salaün
  • Contact

Recherche